Boîte à outils

 
Questions utiles en entrevue individuelle
  • Tous les couples peuvent avoir des difficultés ou des désaccords … 
  • Dans (ou durant) votre relation, quels sont (ou étaient) vos sujets de désaccord? 
  • Comment réglez-vous habituellement vos désaccords? 
  • Pouvez-vous me décrire comment s’est déroulée une chicane récente? 
 
Observation des comportements et des attitudes

Les personnes qui ont des comportements violents en contexte conjugal
peuvent avoir tendance à : 

 

Croire que les autres sont responsables de leurs besoins et de leurs émotions; 

Refuser de reconnaître pleinement les impacts négatifs de leurs comportements agressifs sur les autres; 

Manquer d’habileté dans la résolution des conflits; 

Personnaliser les conflits; 

Réagir de façon disproportionnée à une perte; 

Estimer que ce sont les autres qui déclenchent leur violence; 

Prêter des intentions malveillantes; 

Exprimer leurs frustrations, leurs craintes et leur colère sous forme d’impératifs; 

Normaliser les agressions en les présentant comme des moyens légitimes de se défendre ou de se protéger; 

Souffrir d’une dépendance extrême, parfois de jalousie excessive; 

Être hypersensibles à ce qu’elles perçoivent comme un manque de respect; 

Craindre intensément la rupture et l’abandon; 

Manipuler les autres et mentir; 

Souffrir d’instabilité émotionnelle, d’impulsivité; 

Tenir des propos méprisants à l’endroit des personnes qu’elles jugent indignes de respect; 

Avoir développé d’autres habitudes qui leur sont néfastes : consommation problématique de drogue ou d’alcool, victimisation, isolement, etc. ; 

Gérer difficilement leur stress; 

Avoir vécu des traumatismes; 

Avoir un faible seuil de tolérance à la souffrance émotionnelle. 

 

AUTO-ÉVALUATION 

Suis-je à risque de comportements violents? 

 J’ai parfois l’impression que les gens trouvent « violents » des attitudes et des gestes que je considère comme « normaux ». 

Je suis parfois habité par une colère semblable à celle que j’ai vue chez mon père ou ma mère, lorsqu’ils usaient de violence. 

Je me rends compte que certaines personnes m’évitent ou manquent de naturel en ma présence et que des personnes que j’aime ont peur de moi. 

Je crois généralement que ce sont les autres qui sont responsables de mes sautes d’humeur. 

Lorsque je me sens attaqué, je peux devenir dangereux. 

Je n’arrive pas à me sentir en confiance dans ma relation de couple. 

Il m’arrive régulièrement d’éprouver de la jalousie. 

L’idée d’une rupture m’est insupportable. 

Il m’arrive d’avoir des idées de vengeance. 

Lorsque je suis contrarié, stressé ou fatigué, j’ai tendance à m’en prendre aux autres. 

Je réagis souvent impulsivement. 

J’ai l’impression que les conflits ne se règlent jamais et que la communication efficace est impossible. 

Lorsque je consomme de l’alcool ou des drogues, j’ai tendance à m’en prendre aux autres. 

 

En diminuant les risques associés à la violence : 

  • J’aurais une meilleure image de moi-même. 
  • Je me sentirais davantage en paix avec les autres. 
  • J’éviterais peut-être une rupture. 
  • Je pourrais résoudre les conflits harmonieusement, dans le respect. 
  • Je serais un meilleur exemple pour mes enfants. 
  • Je vivrais moins souvent de colère, d’impatience ou de rage. 
  • Je me sentirais moins souvent coupable. 
  • Je me sentirais davantage en sécurité 
  • Je vivrais moins d’isolement. 
  • Je pourrais vivre une relation « normale » et la relation avec ma conjointe ou mon conjoint (ou ex-conjointe et ex-conjoint) serait plus harmonieuse. 
  • J’éviterais d’être l’objet d’une plainte ou de craindre de l’être. 
  • Je serais moins dépendant. 

 

Télécharger le document