1980-1995

La violence conjugale émerge comme problématique sociale durant les années 70-80, dans une perspective de défense des droits des femmes et d’égalité entre les sexes.

Le premier organisme québécois destiné à l’intervention auprès des hommes en contexte de violence conjugal (PRO-GAM) est créé à Montréal en 1982. D’autres groupes se forment peu à peu et se regroupent, en 1988, au sein d’une même association (successivement appelée l’A.R.I.H.V., puis à cœur d’homme – réseau d’aide aux hommes pour une société sans violence). En 1992, le MSSS émet ses Orientations en matière d’intervention auprès des conjoints ayant des comportements violents et, trois ans plus tard, le Gouvernement du Québec publie sa Politique d’intervention en matière de violence conjugale

Le modèle d’intervention de nature thérapeutique qui se développe au Québec se veut complémentaire à la judiciarisation de la problématique, dans une perspective globale de réduction de la violence conjugale. Il se distingue de ce qui se fait généralement ailleurs en Amérique du nord par l’indépendance des organismes communautaires offrant des services d’aide par rapport aux instances judiciaires, de même que par une diversité d’approches cliniques allant au-delà de la logique du contrôle social et de la seule recherche de conformité à des normes comportementales. Certains auteurs ont défini ce modèle comme étant davantage axé sur le changement individuel, social et culturel que sur le contrôle social (Turcotte, 1997).

 
1996-aujourd’hui

L’organisme Via l’anse est constitué en corporation sans but lucratif, à l’initiative de la Maison pour hommes en difficulté de Valleyfied (M.H.D.V.) et de citoyens de la région du Suroît, en février 1996. L’organisme est rapidement reconnu et soutenu par l’Agence de la Santé et des Services sociaux (1997), de même que par  le ministère de l’Éducation (2000) et par le ministère de la Sécurité publique (2009). Via l’anse se joint également, dès 1998, à l’association à cœur d’homme. Les activités d’intervention démarrent d’abord à Valleyfield puis, dès l’année suivante, à Vaudreuil-Dorion.

Au fil des ans, les activités de Via l’anse se sont développées autour des axes suivants :

 
Création et adoption d’outils de gestion interne 

Adoption des politiques et des codes de procédure : règlements généraux, politique de gestion des dossiers relative à la confidentialité, politique de traitement des plaintes, politique de gestion des situations à risque, code de déontologie (1998); politique de conditions de travail (1999); politique d’intervention (2004); politique salariale (2005); politique des mesures disciplinaires progressives (2009); politique en matière de gestion des conflits en milieu de travail et en matière de harcèlement psychologique (2010); code d’éthique (2011).

 
Favoriser la demande d’aide des conjoints ayant des comportements violents

Campagne de visibilité : logo, signature, épinglette, dépliant (2004); création d’un service de rencontres conjointes avec la clientèle et les partenaires (2005); participation à la première campagne nationale de sensibilisation s’adressant aux hommes en matière de violence conjugale : « Demander de l’aide, c’est fort » (2007-2008); création de divers bottins de ressources régionaux et sous-régionaux (2007-2011), projet de recherche portant sur le repérage et la référence des conjoints (2010-2012).

 
Adaptation des activités à la diversité des besoins

Lancement du programme à dos la violence, destiné aux jeunes de 14 à 18 ans (1999); création d’un programme de suivi individuel, démarrage des services réguliers pour femmes ayant des comportements violents (2007); ouverture de nouveaux points de service, à Huntingdon et à Beauharnois, s’ajoutant à ceux de Valleyfield et de Vaudreuil-Dorion (2008-2010); activités individuelles et de groupe en milieu carcéral (2007-2010); démarrage de services en anglais (2010).

 
Développement des partenariats et du réseautage

Via l’anse est signataire du Protocole en matière de protection des femmes et des enfants victimes de violence du territoire du Suroît (2004) et du Protocole en matière d’agressions à caractère sexuel de la table de concertation de Beauharnois-Salaberry (2005); Via l’anse est un partenaire du Réseau de services intégrés en dépendance (territoire de Beauharnois-Salaberry) (2007) et signataire du protocole de collaboration en matière de violence conjugale de Vaudreuil-Soulanges (2008); Via l’anse crée, en 2008, en collaboration avec Résidence-Elle, un programme de formation destiné aux intervenantes et intervenants de la région du Haut-Saint-Laurent; une démarche semblable est faite dès l’année suivante avec L’accueil pour Elle et la Sûreté du Québec (région du Suroît) et avec La Passerelle (Vaudreuil-Soulanges).

Depuis 2011, Via l’anse s’implique activement au développement de réseaux d’intervention visant spécifiquement la prévention des homicides intrafamiliaux (RLS de Vaudreuil-Soulanges et du Suroît), en partenariat avec le CRI-VIFF. Via l’anse s’implique également dans le réseau des partenaires en dépendance et au sein du comité de travail en prévention du suicide du RLS de Vaudreuil-Soulanges (2011).

 
Implication et représentations 

Via l’anse participe régulièrement aux activités de l’association à cœur d’homme. Le représentant de Via l’anse a présidé l’association, en 2006-2008. Il a également représenté l’association au sein de diverses instances : Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence faite aux femmes (CRI-VIFF) (2007-2008), Comité violence et médiation du C.O.A.M.F. (depuis 2008); Comité d’experts sur les homicides intrafamiliaux, MSSS (2011-2012).

 

Via l’anse a également contribué à la rédaction et à la présentation de mémoires produits par à cœur d’homme : 

Propositions pour le plan d’action gouvernemental en matière de violence conjugale, Comité interministériel en matière de violence conjugale, 18 mai 2011;

Télécharger

 

Mémoire présenté à la Commission des relations avec les citoyens dans le cadre des auditions publiques sur le document « Pour que l’égalité de droit devienne une égalité de fait – Vers un deuxième plan d’action gouvernemental pour l’égalité entre les femmes et les hommes, Commission des relations avec les citoyens, 3 février 2011; 

Télécharger

 

La socialisation conservatrice : facteur d’aliénation et de dualisation. Commission parlementaire sur l’égalité entre les sexes, janvier 2005.

Télécharger

 

Développement et transmission des connaissances 

Via l’anse contribue activement au développement des connaissances en matière de violence conjugale et familiale en collaborant à des projets de recherche. La question du développement de l’accès aux services de la part des clientèles masculines a amené Via l’anse à développer, en 2009-2012 une recherche portant sur les habiletés liés au repérage de la problématique et aux façons d’aborder la question de la violence avec les hommes concernés. 

Via l’anse s’est également intéressé tout particulièrement à la question de la dangerosité et à la prévention des homicides conjugaux et intrafamiliaux. Cet intérêt s’est notamment traduit par une implication dans la création d’un outil d’appréciation et de gestion des risques associés à l’homicide conjugal, de même que par le développement de projets de collaboration multisectorielle.

Via l’anse a également développé, à la demande de ses partenaires, plusieurs formations autour des thèmes suivants : repérage et référence de la clientèle, détresse masculine et demande d’aide des hommes, typologie des dynamiques de violence, prévention des homicides, etc.